La performance: une intention et un processus

Voilà quelques mois, au cours d’une discussion amicale une dame me lança : « vous les hommes, vous êtes toujours dans la performance, même au lit… ». Je ne me reconnais pas dans cette définition, mais pas du tout.

La performance n’est pas un résultat, la performance est d’abord une intention.

Elle est l’étalon intime que l’on veut se donner à un moment donné. Elle peut être fortuite, intuitive, chiffrée, mais en sport particulièrement elle se prépare.

Faire sauter les croyances limitantes

Dans notre sport favori nous avons glissé des tas de croyances. « Au golf c’est un jour oui, un jour non », « au golf pas de régularité », « au golf on ne contrôle pas un résultat » ….

Sur ces points et d’autres encore, je ne suis pas d’accord non plus parce que la vie m’a appris que la poursuite d’un objectif, personnel ou professionnel se construit.

Pourquoi le golf échapperait-il aux lois universelles des autres activités humaines ?

Que ce ne soit pas facile, que cela demande imagination et détermination, j’adhère complètement à ces propositions.

Le niveau de performance en golf est un choix personnel .

L’intention est omniprésente dans notre jeu favori, mais ce n’est pas toujours ainsi qu’elle est présentée lors de l’apprentissage (j’aime bien ce mot « apprentis-sage », il parle du corps et de l’esprit du joueur en symbiose).

Au foot par exemple une règle dit : « l’intention vaut l’action ». Au golf, je crois à la même chose : si j’ai l’intention de jouer une partie et d’y être performant (jouer au niveau qui me fera plaisir), je m’y prépare à l’avance.

En clair, je vais chercher en moi les qualités qui me permettront de réussir ma partie. Mon projet est le chemin à parcourir

L’exemple des grands joueurs

Nous pouvons voir cela chez les meilleurs joueurs du monde. Chaque année nous voyons arriver de nouveaux joueurs sur les circuits. En ce moment c’est Victor Pérez qui crève l’écran en France.

Amusant de lire les commentaires des uns et des autres sur les réseaux sociaux, les médias. Ils ne comprennent pas bien d’où il vient. De mon point de vue, Victor n’a pas eu un cursus d’apprentissage à la française.

Son éducation en golf est typiquement américaine avec son coach Mike Magher, puis ses humanités à l’Université du Nouveau Mexique. Avec une culture initiale sportive et éducative bien française. Son père Michel est un professeur d’éducation physique: “un esprit sain dans un corps sain”.

Dans le sport de haut niveau nous oublions trop souvent (en France) que le joueur doit avoir une connaissance de soi de très haut niveau.

L’esprit américain (anglo-saxon en général) en sport et dans les affaires est tourné vers le résultat : une manière de combativité, la notion de vaincre mais surtout de se vaincre. Une visualisation optimiste du sujet pour son projet.

Pour réussir fixer l’objectif

En golf, cette tournure d’esprit est très présente. J’ai appris à jouer au golf avec des joueurs du Circuit Européen et ils m’ont inculqué ces principes.

Mon mentor Michaël Wolseley m’a appris à décider de mon objectif au départ de chacune de mes parties. Je ne l’ai pas toujours réussi rassurez-vous, mais cela m’a donné des résultats constants. Mon capitaine d’équipe pouvait compter sur moi.

Que ce soit à l’entraînement, en compétition, sur un terrain connu ou pas, nombre de paramètres du jeu sont liés à votre confiance en soi (mes capacités à faire) et l’estime de soi (être : quelle valeur ai-je à mes yeux ?). Juste l’appliquer à chaque partie.

Apprendre et corriger pour automatiser

Cette manière autorise le joueur à réduire les écarts de score entre deux parties. Une pratique à comprendre et appliquer.

Décider d’un score est un état d’esprit qui implique de décider de ce que l’on veut vraiment. Clairement le visualiser et bâtir un plan d’action, un processus adapté à la réussite du projet que vous avez imaginé.

Des joueurs en sont des témoins vivants, Jordan, Deschamps, Woods sans conteste, Rahm parmi les jeunes, mais nous trouvons cela dans les constructions chez les architectes ou les constructeurs automobiles. L’analogie en est forte, j’en témoigne pour avoir travaillé dans ces deux secteurs.

Quel joueur voulez-vous être?

Pour apprendre à jouer au golf la première question à poser par le moniteur ou le directeur de l’académie au nouveau joueur serait : « Quel joueur voulez-vous être en fin d’apprentissage ? ».

Question rituelle que se poserait ensuite régulièrement le nouvel adepte pour animer sa motivation à préparer son plan de progression pas à pas.

La performance en golf n’a pas de limite, sauf celles que l’on s’impose.

S’appliquer sans arrêt

Evidemment que c’est plus facile de dire cela pour un jeune joueur. Mais l’âge ne ferme pas les portes à l’apprentissage et au progrès. Les solutions de jeu sont différentes pour prendre du plaisir et progresser.

La méthode d’apprentissage du golf GE2M par le jeu, implique cette approche : intention-visualisation-action-contrôle-correction .

Dans « Le golf au cœur (jouer au golf autrement » le processus d’apprentissage- progrès est en place. Je l’ai repris dans le perfectionnement de la méthode GE2M.

Pour se diriger le cerveau aime avoir un objectif et un cadre d’action associé. La réalisation de l’objectif implique la mise en place d’un programme: une recette en cuisine, un processus de fabrication dans l’industrie… écrits ou virtuels.

En golf il en est de même :

Pour jouer à un chiffre l’objectif ne peut être immédiat, mais dans 2 ans ou 5 ans selon nos antécédents ou notre culture sportive, rien ne l’empêche…

Etapes de progression

Quelles sont alors les étapes : apprendre, entrer sur le parcours, jouer en compétition, avoir un premier classement, puis l’améliorer chaque année.

Arrivé à l’objectif partiel, bilan complet et décider de l’objectif à venir. Pas trop lointain, annuel et poser les indicateurs pour suivre chaque mois l’évolution vers ce nouvel objectif partiel

Toujours plus précis, impliqué, inspiré

Pas à pas, brique par brique notre jeu se construit avec le temps.

Le niveau de performance choisi par chacun est ainsi le fruit d’une intention associée à un processus.

Pourquoi alors le niveau des joueurs est-il si bas partout dans le monde ?

Par paresse ? Par manque de remise en question personnelle ? Par ignorance ?

Un peu de tout cela peut-être, mais surtout parce qu’il n’y a pas de méthode apprise pour jouer véritablement. Le jeu demande création. Nous jouons par réaction en pilote automatique.

Une méthode pose un cadre d’action qui offre des fondements clairs, aussi pertinents que possible. A chacun de se les approprier pour développer son savoir, savoir faire, savoir être et savoir faire faire. Un ensemble pédagogique cohérent avec le jeu.

Les principes méthodiques posés, facile de s’y référer, se l’approprier, l’adapter à ses capacités de s’y entraîner seul ou en groupe. Le processus d’apprentissage passe par le plaisir qui reste par la réussite au jeu. Quand on réalise ce que l’on tente, le cerveau nos secrétons des hormones de plaisir. Et il en redemande : la motivation vient de là. La motivation n’est pas une volonté, elle est un ressenti physiologique .

Quid du résultat?

Pour viser un objectif, en construire le processus. Progresser en restant en prise constante avec les actions successives en oubliant le résultat. Le résultat ne dépend pas de nous.

Un paradoxe du cerveau : chaque fois que l’on est focus sur un résultat, il nous échappe. Une loi de l’univers.

S’entraîner partout où vous pouvez….

Par contre focus sur les actes du processus à réaliser, pas à pas, avec minutie, une attention de chaque instant, des détails infimes (calme, lucidité, humilité, courage…) et nous aurons de grandes chances de réaliser le niveau de performance choisi.

Comment expérimenter ? Tester en situation de jeu comme je le propose dans la méthode GE2M. Une fois en confiance sur chacune, poser votre challenge ou défi personnel sur le parcours.

Et maintenant jouer!

Etablir la stratégie de jeu du moment, trou par trou en fonction de vos forces et de vos faiblesses et les difficultés affichées sur chaque trou. Le plan de jeu se prépare la veille. Le visualiser et dormir dessus favorise son intégration.

Ne rien négliger de l’alimentation selon nos habitudes personnelles et engager la partie. Comprendre ce qui se passe dans votre concentration. Vous devez contrôler vos émotions par la respiration. Quelques techniques autres peuvent aussi vous aider.

Noter ce qui se passe en vous sur la carte de score. Une erreur, une réussite, une émotion qui passe, colère, frustration, joie, enthousiasme sur un bon coup. A la fin reprenez vos notes et analysez.

Qu’est-ce qui vous plaît ? Conservez, visualisez vos réussites. Vous n’aimez pas ? Comment corriger : technique? mental? physique ? Reprenez la situation de jeu et travaillez là à nouveau en visualisation et au prochain entraînement.

Votre niveau de performance augmentera régulièrement.

La performance est liée à une intention et un processus de préparation et de réalisation.

Testez la proposition…et faites-vous votre opinion.

Bon golf à tous !

A quand une grande victoire?

Les yeux vers les sommets

Plusieurs victoires manquées dans cette fin d’année 2019 chez les joueurs français, mais plusieurs s’en rapprochent…

Vous devez vous dire, quel est ce mec qui parle de joueurs de golf de très haut niveau qui perdent en play-off alors qu’il est dans son fauteuil ?

Vous n’avez pas tort, mais je me pose la question un peu différemment.

Comment des pays latins qui nous ressemblent en golf ont-ils fait naître des joueurs dans le Top 30 mondial et qu’ils y campent encore dernièrement ? Laissons même de côté tous les anglo-saxons.

Haut niveau au niveau?

Antoine Rozner vient de faire une interview qui éclaire le sujet dans Swing, le podcast de l’Equipe et du Journal du Golf.

Mon propos n’est pas de juger la performance des joueurs qui est remarquable, mais de comprendre la différence entre perdre un play-off ou le gagner.

La victoire en tournoi est un processus

La compétition de golf met en lumière les comportements du joueur dans ses moindres détails, d’infimes détails qui font la différence entre être second ou premier.

La place de premier se prépare, c’est un processus. Le même en sport que celui qui est pratiqué pour réaliser un objectif d’entreprise. Entreprendre aujourd’hui encore plus qu’hier, engage à vouloir être le meilleur.

Donner le meilleur de soi même. S’entourer pour avoir le meilleur TEAM: “Together Everybody Achieves More”. On est plus fort à plusieurs que tout seul! (en traduction personnelle).

On regarde sans toujours comprendre les différence s

La liste de nos magnifiques perdants est longue. Elle commence avec Jean Van de Velde, Thomas Levet, Gregory Havret, plus près de nous, Benjamin Hébert, Mike Lorenzo Vera, Antoine Rozner. Chez les dames Gladys Nocera ou Céline Boutier ont manqué des victoires aussi dans leurs tournois.

J’ai eu l’occasion de d’écrire que chez les Espagnols, il y a une filiation depuis Severiano Ballesteros. Cette filiation est née parce qu’il s’est impliqué dans la vie du golf espagnol et cela continue. Ils ont “les clés de la gagne” pour mettre en place tous les détails de la victoire.

La force de l’expérience des anciens

En France, cela commence à peine. Thomas Levet, Greg Havret, Raphaël Jacquelin chacun à leur façon font beaucoup pour transmettre leur expérience. Chez les joueurs professionnels de leur entourage mais aussi chez les plus jeunes, voire les très jeunes joueurs. C’est déjà une grande avancée.

Le joueur de golf est un chef d’entreprise

Chacun des joueurs professionnels est maintenant un chef d’entreprise. Sur tous les circuits, ils disposent d’une cellule personnelle pour se préparer techniquement, physiquement et mentalement (pas toujours émotionnellement et spirituellement en France).

Où sera le sommet du jeu demain?

Le sport de haut niveau atteint de tels sommets que pour exister cette cellule doit fonctionner comme un système bien huilé. C’est au joueur de la réguler en fonction de sa vision de son avenir personnel. De la précision de ses objectifs, de la minutie avec laquelle il se projette et se programme.

Comme il pilote son jeu, il prend les décisions sur son programme et toute sa préparation. Elle doit être à la fois parfaitement détaillée et souple pour pouvoir s’adapter en cours d’année. Cela demande de l’expérience et une rigueur de chaque instant en golf. Pas de place au relâchement en tournoi et encore moins dans ses choix d’entraînement.

Le plan B ?

Intéressant d’écouter Antoine Rozner parler de la pression du 72ème trou du Mauritius Open.

Penser plus et autrement

Son challenge: réaliser birdie pour gagner ou par pour aller en play-off. Mille manières de faire birdie pour un professionnel.

La majorité des joueurs d’aujourd’hui mise sur le fait de prendre un par 5 en deux pour cela. Je trouve que ce n’est pas la meilleure solution sous pression pour plusieurs d’entre eux.

Il me semble que ce serait plus facile à l’entraînement de préparer un birdie en 2 coups plus approche au drapeau. Sur un 72ème trou, la position du drapeau n’est jamais un cadeau pour les joueurs. Une sorte de plan B pour gagner en confiance, avoir plusieurs solutions à disposition.

Cette proposition suppose que le joueur axe son entraînement sur un wedging de précision plus que sur un swing de drive placé avec sûreté. Nous savons tous que poser un swing à 280 m est particulièrement délicat. Dans le sac, ce club donne des résultats aléatoires. Un bois de parcours ou un wedge plus aisé.

Le jeu plus que le practice

Antoine Rozner dans ce play-off a été à la hauteur de l’enjeu puisqu’il réalise 3 birdies. Il est conscient de la valeur de son jeu. Il a pris des risques. Mais son discours montre tout de même qu’il a une croyance limitante à faire sauter.

Jouer son 72ème trou le fait encore raisonner : rater le par c’est tomber du podium et prendre un risque maximum au play-off est plus facile parce que le coup imparfait nous place en second…

Préparer ses objectifs et les processus attachés

Cela me fait dire que le joueur de formation française de golf part pour ne pas perdre plutôt que de vouloir gagner. (Cf ce que propose V. Pérez de formation américaine…)

Ce type de raisonnement ne peut pas l’amener au niveau supérieur. Cela montre qu’il y a chez lui encore un doute. Que son intention affichée en façade n’est pas acceptée par son inconscient.

Penser mais sans peur

Personnellement je considère qu’un travail sur ses peurs pendant son entrainement d’hiver lui serait d’une grande aide pour son avenir.

Dans sa préparation, il n’a pas programmé son subconscient pour gagner. Les lois de l’univers : l’intention, l’alignement font partie des détails indispensables à la réussite du plus petit projet imaginé. La confiance en soi n’est au meilleur niveau.

Une fois l’objectif visualisé, ambitieux, une projection claire, avec la conviction qu’on le mérite, que l’on est prêt, la concentration sur le processus à accomplir pour le réaliser et la cohérence avec le projet: travailler chaque jour à tous les détails qui nous font avancer vers le but.

En sport ,cette réflexion est de mon point de vue essentielle pour atteindre le niveau mondial. On entend bien que le niveau européen dans le discours d’Antoine est une étape.

Mais lorsque la victoire se présente la saisir tout de suite est la meilleure des façons de la prendre une prochaine fois ou de mettre en œuvre encore plus d’imagination et de motivation pour aller en chercher une autre au lieu d’en attendre l’occasion favorable.  

Les valeurs du golf
Ce que le golf nous apporte

Alors comment se préparer à cela ? D’abord en prendre conscience avec son entourage. Un coach mental digne de sa profession a cela dans ses outils aujourd’hui, Aimé Jacquet, Claude Onesta, Zinedine Zidane ou Didier Deschamps… ont montré la voie.

Un outil: hypnose profonde

Les techniques de coaching de développement personnel ne suffisent pas, trop longues à obtenir des résultats sauf si l’athlète a commencé très tôt à travailler sur lui-même (Teddy Riner en est un exemple).

Entrer et sortir du flow, de la zone en golf est délicat. L’apprentissage le plus efficace est à mon sens dans l’hypnose profonde. La seule technique qui permet de reprogrammer l’inconscient du joueur de manière rapide.

Jouer au naturel

Nos croyances limitantes viennent du plus profond des âges. Nous n’en sommes plus conscients, mais la machine automatique qui actionne nos gestes est programmée par toutes nos croyances et nos peurs en plus de nos besoins.

Alors la meilleure manière de gagner c’est de se projeter dans la victoire. La visualiser, ressentir l’effet que cela nous fait par tous les sens qui nous sont donnés.

Il ne reste plus qu’à jouer…pour réaliser enfin le rêve que l’on a fait.

Michel Prieu

La formule magique: Beau Bien Bon

Le golf et la vie

Bonjour à tous,

Plus qu’une formule, l’art du jeu!

Un nouveau play-off de perdu par un français à l’Open de Maurice. Beaucoup de français dans e top 10 et tout le monde se réjouit. Pas moi !

Je me pose la question depuis des années et j’ai trouvé des pistes de progrès. Je les ai fait connaître aux intéressés. Sans réponse encore, mais je sais que la vérité surprend.

Ils ont raison: laisser maturer la réflexion avant de passer à l’action est une sage solution. Rendez-vous l’an prochain!

Lecture, musique et golf

Ce n’est pas mon propos d’aujourd’hui. Il y a peu, j’ai été invité par un de mes mentors à lire Elizabeth Grimaud.

Décidément ce nom apporte au golf des opportunités enrichissantes.

Hélène Grimaud dans son magnifique « Variations sauvages » m’avait convaincu de pratiquer mieux la visualisation d’action pour préparer mes coups d’approche avec plus d’attention.

Elizabeth Grimaud a une formule magique pour jouer au golf avec tout son être : pour être heureux sur un parcours jouer Beau Bien Bon !

Vous allez encore penser que je divague mais pas du tout. Suivez-moi un moment.

Etes-vous satisfait de votre jeu ? Est-il beau ? Est-il bien ? Est-il bon ?

La formule 3B

Qui a fixé les limites de votre jeu ? Personne d’autre que vous. Voilà que la formule de 3B vous donne l’opportunité de réviser vos ambitions à la hausse.

dig

J’écris ces mots, coincé dans les grèves en Région Parisienne après avoir assisté à l’Assemblée générale d’un club de golf heureux à Gagny: L’Ecole de golf de Cyril Ferran. Lui aussi a trouvé la formule pour rendre des joueurs heureux dans leur golf.

Il emmène directement ses joueurs sur un parcours et a pour objectif, le plaisir de jouer et d’être en accord avec soi. Plus que les diriger, il accompagne ses joueurs.

En cela il cultive le Bon en premier , passe au Bien pour arriver au Beau.

Personnellement ma réflexion de ce matin pluvieux puisque je viens de lui présenter ma méthode d’apprentissage par le jeu est que je veux rester dans la ligne magique de Beau Bien Bon.

Elizabeth Grimaud définit ainsi ses 3B :

Beau : « qu’est-ce qui éveille et réjouit mes sens ?

Bien : « Qu’est-ce qui nécessite mon attention ? »

Bon : « Qui a besoin de mon humanité ? »

Tout au long de la lecture à chaque page, j’ai pensé que le golf réunit tout ça.

Respecter les 3 B en jouant au golf nous met dans « la zone ». Celle qui nous permet de jouer au meilleur de soi-même.

Imaginer son jeu: le créer

Pourquoi joue-t-on au golf ? Parce que c’est beau.

Le cadre du parcours qui joue avec la nature, ce vert qui nous ressource dans le dessin d’un architecte dont le dessein est à comprendre.

Le lancer est beau, comme un pas de danse. Avec notre musique intérieure, il devient l’expression de soi. Optimisme, spiritualité, dépassement de soi, créativité, le swing est tout cela à la fois.

Ce n’est pas comme cela qu’il vous est appris aujourd’hui mais ma méthode d’apprentissage par le jeu (GE2M) vous apprendra cela. C’est dans ce but que je vous demande de visionner en premier un très beau modèle qui donne du sens à votre projet.

A vous de prendre votre Bien en mains. « S’appliquer, s’impliquer sont l’essence du bien, le bien façonne, améliore l’estime de soi ».

Qu’est-ce que j’entends dans vos propos : « je suis nul, … ce jeu, ce n’est pas pour moi… ».

Le bien ne parle que de sa propre performance. Juste une attitude mentale pour profiter du jeu afin d’avoir du plaisir et rester en bonne santé.

L’effort fait pour jouer demande toutes nos qualités. Les erreurs sont là pour nous montrer l’opportunité de les corriger. Le bien du golf est qu’il est un jeu avec soi.

La zone (The flow)

Cela s’applique aussi aux joueurs de golf de haut niveau de la même façon. Quand ils ratent le cut ou la victoire, ils n’ont pas fait bien.

Pour être dans la zone 4 piliers concernent le bien :

  • Nutrition
  • Respiration
  • Concentration
  • Visualisation/ancrage

Sans ces fondements travaillés chaque jour, la victoire s’échappera vers un autre.

Le pays, une fois de plus est en grève. Le blocage vient du fait que nous n’avons pas appliqué ni la méthode des 3B depuis des générations, ni travaillé les piliers pour être dans « la zone ».

Je ne me suis pas égaré : le golf c’est la vie !

Bien-faire, bien-vivre concerne tout notre être. Pour être imaginatif au golf, jouer est naturel et instructif. Nous apprenons de nous, alors il n’y a pas de limite.

Nous ne pourrons jamais atteindre le meilleur de notre jeu si l’on ne se met pas en chemin pour tenter de progresser un peu chaque jour.

La méthode GE2M d’apprentissage par le jeu, vous parle de vous. Vos doutes vous apprendrez à les lever. Une croyance se change en un instant.

Comptez-sur moi et ceux qui m’entourent pour montrer que vous avez plus de talent que vous ne pensez. C’est juste que vous avez gardé le frein à main au moment de le développer.

Le golf crée du lien

Et naturellement la méthode nous relie au Bon. Le bon est une clé de contact. Nos échanges autour de la méthode auront créé de la confiance. Encouragé vous serez plus motivé pour cultiver à votre tour votre confiance en soi, volet de l’estime de soi avec l’image et l’amour de soi.

Nous sommes toujours plus sévères avec nous-même. Mais le travail en groupe arrangera cela. Apprendre à tout âge, s’activer dans ce qui nous plaît est un gage de longévité.

Le golf est bon pour ça. Entrer dans un club à l’autre bout du monde avec la confiance du Beau Bien Bon trouve son ancrage : les gens qui jouent avec vous deviennent des amis. Je témoigne en avoir dans le monde entier. Sur le sujet j’ai plein d’histoires à raconter.

Le jeu de golf est bien dans la triade du Beau Bien Bon.

Dans l’un ou l’autre votre jeu a de quoi s’enrichir et vous de vous épanouir.

Bon golf à tous !

Merci de me donner votre avis, nos échanges seront fructueux!

Méthode d’apprentissage par le jeu

Bonjour à tous,

2019 voit s’écouler ses derniers jours. Qu’attendez-vous du Père Noël du golf ? Un swing tout neuf ? Un index nouveau ? Du matériel flambant neuf ?

Trois pépites

Dans les histoires de mon dernier ouvrage « Le golf et la vie », j’ai caché une pépite pour ceux qui voudraient jouer au golf et qui n’osent pas.

Une autre pour ceux qui jouent déjà et qui veulent mieux jouer.

Enfin une troisième pour ceux qui rêvent de jouer à un chiffre mais qui buttent sur leur swing…

Dans les habiletés du golf ce n’est pas le swing qui est le plus important. C’est l’intention de jouer au golf que vous devriez chercher en premier.

C’est l’intention de mettre la balle où vous décidez qui devrait vous guider. Vous cherchez au practice un swing que vous ne retrouvez jamais lorsque vous jouez.

Cyril Ferran amène directement ses joueurs sur le golf et je vois à CGCF des golfeurs heureux…Pourquoi ? Ils jouent au golf !

Les trois pépites cachées dans les pages de « Le golf et la vie » sont une seule et même méthode.

La première une méthode pour les débutants qui disposeront au bout de 3 mois toutes les clés pour jouer au golf. Capables de jouer en compétition avec eux-mêmes. Ils sauront déjà choisir quel joueur ils veulent être!

Joueur débutants:

Pour apprendre à jouer au golf, je propose qu’enfin la logique du jeu soit le fil conducteur de l’apprentissage:

Partir du green au tee et de jouer le premier jour.

La méthode propose un savoir-faire et aussi de jouer avec l’esprit du jeu : ses règles, son savoir vivre, sa convivialité, sa sociabilité… Pas obligé de faire la tête quand on croise un autre golfeur…La courtoisie, le respect, l’élégance d’esprit et d’allure font aussi partie du jeu.

L’esprit du jeu rappelle que l’apprentissage fini, le joueur sera autonome, responsable de son jeu grâce aux efforts qu’il aura fait.

L’enseignant apporte les informations sur la méthode et l’attitude mentale pour l’apprendre.

Le joueur tient les clubs et reste l’acteur privilégié de son apprentissage. J’ai glissé des nouveautés pour l’aider dans son évolution:

Vision – visualisations – mime

Regarder plusieurs fois un modèle frapper un swing et des situations de jeu vous aide à mémoriser. Même si vous n’y croit pas. Cadeau de notre nature.

  • L’image attire l’attention du cerveau
  • La répétition des visions montre notre intérêt croissant
  • La mémoire se forme au geste complet qui a du sens
  • Regarder un geste parfait est aussi efficace que répéter un geste mal assuré

Organisation des cours

Avant la première leçon j’invite chacun à imaginer quel joueur il veut être dans 3 mois. Vous apprendrez à poser un objectif, cela vous servira aussi dans la vie!

Au golf , l’intention et l’imagination sont au pouvoir!

10 cours collectifs de 2 heures/semaine pour mieux apprendre les 7 situations de jeu classiques que vous rencontrerez sur tous les terrains de golf du monde:

  • Grip de club, posture, grip de putter et putting. Jeu
  • Chipping et putting
  • Wedging et putting
  • Jeu de fers courts
  • Bunker et bunker putt
  • Fers longs, hybrides, bois,
  • Drive (et autres ateliers)

Pour compléter: ajustements et réglages sur tous les ateliers durant 3 cours.

Nous préciserons les routines pour sécuriser votre jeu, gagner du temps d’apprentissage.

Vous aurez le trousseau complet de clés pour jouer et progresser comme vous le souhaiterez.

Quelle priorité à opérer entre intention, direction, puissance, longueur, précision? Nous discuterons.

Comment le mime est-il vraiment en mesure de vous assister en plus du moniteur ? Quelques secrets de joueur et d’entraîneur à ajouter.

Pour atteindre votre meilleure régularité, poser un objectif, comment visualiser  pour réussir à créer son jeu, même peu confiant?

Quel est le processus de visualisation de prévention du stress ? Le processus de visualisation d’un coup ? Comment gérer ses émotions ?

Et les règles dans tout cela, du bon sens : ne jamais s’avantager en jouant !

Joueurs chevronnés

La méthode sert aussi pour baisser votre handicap comme vous ne l’avez jamais imaginé.

C’est le même programme, mais avec quelques surprises pour hausser le niveau d’exigence, gommer vos croyances limitantes.

Le frein du progrès en golf? C’est nous et nous seul!

Avez-vous déjà entendu parler de statistiques ? Savez-vous préparer un plan de jeu. Mais plus encore, l’appliquer ?

Où cela va-t-il se passer ? Chez vous si vous m’invitez, en deux temps. Une causerie pour faire connaissance, écouter vos intentions afin de personnaliser le programme.

Puis action sur votre zone d’entraînement et votre parcours.

Contactez-nous

Bon golf et Joyeux Noël

Michel Prieu

La genèse du projet Golf Entre Deux Mondes (GE2M)

Pourquoi ce blog?

Tony Finau à l’entrainement au practice. Son TEAM veille attentivement!

Pour créer un espace de partage avec vous sur le golf tout entier.

Ce jeu qui nous rend heureux ou pas, mais nous passionne en tout cas. Ecouter vos questions et y répondre. Parler de l’actualité de notre sport pour contribuer à son développement. Lui rendre ce qu’il m’a donné.

Qu’allez-vous y trouver ?

Un billet régulièrement sur notre sport, son système et ses à-côtés face au monde qui évolue.

Le golf a des valeurs qui  sont peu connues, voire à peine reconnues.

Je souhaite vous en partager ma vision et tout son contenu. Vous guider dans des endroits de vous-même que vous avez oublié.

La technique, l’enseignement, son évolution. La préparation physique et  mentale sans oublier comme trop souvent l’immatériel, ce supplément d’âme qui fait le champion.

Nous évoquerons les intelligences mises en jeu. Plus spécialement le développement personnel et la gestion des émotions, tous deux indispensables dans l’évolution du jeu de chaque joueur amateur ou professionnel.

Au golf, tout est dans la tête, nous en parlerons ! Montrer comment les neurosciences nous racontent cela aujourd’hui.

Une histoire une anecdote, une rencontre…pour sourire ou peut-être pleurer.

Faire aimer…

Comment apprendre à jouer ? Par quel bout commencer ? Comment se perfectionner ?

Aimer et prendre du plaisir à sans cesse s’améliorer.

Trouver le temps et en gagner pour répéter et ainsi s’entraîner…

Tentez, faites comme vous le sentez.

Jouer au golf nous invite à passer un moment avec soi, ses forces et ses faiblesses.

Accompagner un ami, un parent ou plus loin un inconnu. Sport universel, il ouvre le contact entre les joueurs.

Le golf nous offre un challenge, le pouvoir de trouver le meilleur en soi.

L’essence de ce jeu est de rester cohérent avec qui l’on est !

Rien n’y est prémédité et pourtant “tout y est toujours parfait !”

Lisez puis testez en jouant.

Bon golf à tous!

BornForGolf Tour: Final de Lyon 2019

Jour de récompense

Au Golf Club de Lyon vient de se terminer le BornForGolf Tour 2019. Un événement qui a réuni toutes les équipes des circuits. Avec les joueurs, le tout représente un final de 300 personnes venues de tous les coins de France.

GCL, le club sous la pluie

Entré sur la pointe des pieds au printemps dernier pour découvrir j’ai observé cette création majuscule avec attention.

La générosité de Fanny et Raphaël Jacquelin est récompensée par un événement pareil. Ils sont remerciés de leur pugnacité et celle de leurs équipes.

Pour les joueurs qui aiment la compétition, ils ont offert un cadre de développement du golf des plus adaptés.

Une autre approche

Je me souviens de la rudesse des réceptions fédérales lorsque j’accompagnais les jeunes de Val Secret lors de leurs championnats respectifs. Je comprends que la FFG et les Ligue veuillent des joueurs autonomes et responsables, mais cela s’apprend aussi autrement. Parfois un peu de temps est nécessaire.

Appliqués jusqu’au bout…

BFGT offre cette opportunité avec la proximité des parents. Mine de rien Fanny, éduque plus les parents que les enfants. Pas de longs discours, un papier pour décrie la fonction de cadet. On se demande ensuite qui éduque qui ?

Pour avoir une impression vraie voici le diaporama concernant le jeu de ce final national.

Bienveillance et compétition

Une autre façon de jouer au golf: cadet

Les vainqueurs respectifs vont passer quelques jours avec l’équipe qui accompagne Raphaël. Vous savez ce joueur qui est sur le tour depuis des années avec quelques victoires significatives. Svelte et fin au milieu des armoires à glace du nouveau golf. Premier à se réjouir de la victoire d’un autre français…Raphaël est d’une grande générosité.

Jouer ensemble, compétition = progrès permanent

Les parents aident au mieux l’organisation par une discipline consentie, un engagement réciproque. Quant aux joueurs leur comportement sur le parcours est encourageant pour la suite du sport que nous aimons.

La compétition y est reine pour la raison fondamentale à mes yeux qu’elle révèle la nature de chaque joueur. Elle montre les qualités et les vulnérabilités dès les premiers parcours. Certains commencent à 5 ans. Ils seront redoutables à 8 ans pour peu que les parents restent raisonnables.

Ouvert et disponible

Les voyages et les tournois ouvrent l’esprit des jeunes gens et cela se voit dans leurs comportements. Ils jouent sans retenue même si l’émotion est à fleur de peau.

Effet très sensible chez les filles. Les garçons tentent de crâner mais au cours des étapes les fissures apparaissent. Elles ne sont jamais profondes et pour les faire progresser si les parents avaient l’instinct de noter les erreurs, ils pourraient en parler à leur moniteur pour les corriger rapidement.

Des étapes régulières pour se construire

Jouer pour grandir

Au cours des 6 étapes que j’ai suivies, j’ai vu de très bons joueurs et joueuses. Les parents font des efforts pour les accompagner mais sont désarmés pour aider un peu mieux leur joueuse ou joueur.

Il n’y a pas de tournois de faible niveau surtout lorsque l’on passe les U12. La concurrence s’organise en cours d’hiver mais plus encore avec les tournois. Les classements chutent rapidement. Dommage que les pros ne voient pas le travail qu’ils réalisent.

Plus facile de voir les axes de travail en compétition qu’au practice.

Apprendre de nos erreurs…

Les jeunes méritent de découvrir ce sport et il semble que la FFG l’ait enfin compris. Que sa priorité reste le haut niveau, je le comprends et j’ai eu l’occasion de le dire à la DTN. Cependant pour avoir des champions une base plus large de joueurs est nécessaire. La maturation de certains est plus lente. Pourquoi se priver ou combattre l’action des bonnes volontés ?

Apprendre mais jouer souvent

Jouer et partager

BFGT est une opportunité qui bien menée ouvre des portes vers US kids mais il est évident qu’il faut une cohésion de pensée entre les enseignants des clubs, du Département et de la Ligue.

Ce n’est pas tout à fait le cas et les parents y sont sensibles et le disent tout haut. Les écoles de golf sont de niveau inégal. Les bonnes volontés ne se bousculent pas pour engager les enfants sur le parcours.

Je viens à EDG, je suis au practice et je repars chez moi…C’est presque toujours a règle et je reviens en cours dans une semaine.

Des initiatives se dessinent tout de même, grâce à des bénévoles…(Meaux-Boutigny d’y prépare par exemple)

Pour la plupart des jeunes de BFGT un entraîneur compétent est nécessaire. Des conseils pour la nutrition, l’entraînement physique minimum serait un bien. Quand à la gestion des émotions une avancée importante.

L’esprit d’équipe aussi est présent

Lors de la Cup pour faire découvrir l’esprit d’équipe si fort en golf, des jeunes filles et jeunes gens ont connu de fortes émotions. Pas toujours agréable de perdre ses moyens en cours de jeu parce que les accompagnateurs et équipiers  manifestent. Les professionnels qui affrontent Woods ont eux aussi du mal à jouer à leur meilleur dans le bruit et le désordre.

Nouvel apprentissage pour tous.

Le Stadium Concept et les concours

Jouer en riant pour apprendre encore plus de soi

Reste que le concept de Fanny et Raphaël est remarquable aussi par le Stadium concept et les concours.

Le Stadium concept permet de toucher à toutes les facettes du golf. Par le jeu et le challenge les joueurs découvrent rapidement leurs qualités et leurs limites. Compétition joyeuse encore dans la bonne humeur où parfois parents et éducateurs participent.  Une manière de se découvrir un peu plus pour les participants.

Vitesse et adresse: découverte

Les concours sont un test récurrent mais peu de joueurs en tiennent compte pour mesurer leurs progrès.

Ce tour s’est terminé par une remise des prix somptueuse et 260 personnes au dîner. L’émotion de chacun était forte et Fanny en a pleuré. Pas simple d’organiser un événement national.

Repos avant de se lancer à nouveau?

Pour les jeunes après un peu de repos (certains jouent 30 tournois quand ils sont engagés en Département et Ligue). Une coupure est salutaire avant de reprendre la marche en avant. Cet index que l’on veut voir descendre, les gamins en parlent avec gourmandise. 

Déjà pour s’affronter à soi

La compétition révèle leur caractère et celui des parents aussi. Beaucoup d’émotion en jeu pour accompagner les joueurs sur le parcours. Pas sûr du tout que cela aide les jeunes quand tristesse et frustration prennent le dessus, mais c’est beau à voir.

Ainsi l’apprentissage de l’autonomie et de la responsabilité individuelle se font dans la bienveillance. Si maman commence la saison, papa vient la terminer. Les jeunes eux continuent de jouer et même sous la pluie.

Jouer partout quel que soit le temps…

BFGT a sa façon est un centre d’éducation des enfants et des parents. Le cadre bienveillant offert donne du sens à tous les déplacements, des amitiés se nouent. Des calculs savants s’ouvrent pour savoir où il est plus intéressant de jouer.

Nouvelle étape l’an prochain avec l’entrée des clubs proche de Toulouse. Cela devrait augmenter encore la concurrence en compétition et élever ainsi le niveau de jeu.

L’impression au final que l’avenir du jeu que nous aimons est bien en marche.

Promis, on revient l’an prochain, plus nombreux

Merci Fanny, Merci Raphaël de nous avoir invité chez vous avec tant de générosité.

Michel Prieu

Vers une autre approche du golf

Connaissez-vous les chiffres de l’apprentissage du golf ? Etes-vous satisfait de votre apprentissage ? Avez-vous autour de vous des amis qui ont appris à jouer et qui ont abandonné ? En combien de temps avez vous appris à jouer? Comment s’est passée votre entrée sur un parcours? Avez vous envie de progresser encore?

En France sur 100 personnes qui apprennent, plus de 90 arrêtent au bout de 2 ans (chiffres non certifiés mais tenaces ) …Trouvez-vous cela inspirant ? Pas moi et je veux améliorer cela…

Réglages tardifs…

Dans les dernières vidéo « Les leçons de l’été » sur la Chaîne YouTube je rapporte que j’ai constaté chez les joueurs universitaires : un manque d’intelligence du jeu.

Pourquoi frapper fort si jeune?

Les jeunes sont encouragés à frapper fort la balle. Les coaches et entraîneurs disent qu’il est important de gagner le maximum de terrain. Ce n’est pas faux mais mériterait d’être nuancé.

Que pour jouer le drive on investisse sur le physique pourquoi pas, le golf demande une vraie attitude athlétique. Pour résister à la latéralité imposée par le swing et supporter les marches répétées à haute dépense d’énergie, l’entraînement physique demande un investissement.

Mais pourquoi ce manque de nuance quand le drapeau est à moins de 110-120 mètres ? A cette distance et en dessous l’intelligence de jeu doit prendre le dessus sur la longueur, juste de la logique de jeu .

Pour atteindre le haut niveau, énorme effort de connaissance de soi
Haut niveau, gros effort

Joueur aguerri, je considère que direction et précision doivent prendre le pas sur la puissance pour toucher la cible au plus près. L’intelligence de la situation est le moyen d’attaquer le parcours aussi sûrement et plus souvent que de prendre les par 5 en 2.

Apprendre aux jeunes joueurs à frapper fort est contre-productif pour leur développement de joueur. Ils ne pensent qu’à swinguer à fond pour le reste de leur jeunesse. Alors que le petit jeu est la clé véritable du jeu, l’apprendre tôt me paraît un atout. Je n’ai pas dû suivre tous les épisodes de l’évolution du jeu…

Sur le BornForGolf Tour, Le Stadium Concept anime et complète intelligemment la partie de tous les joueurs. Les croyances sont bien ancrées. De mon point de vue, les jeunes joueurs sont déformés. L’esprit du jeu devrait prévaloir et ce n’est pas le cas.

Au départ, drive ou fer? Dépend de soi : stature et confiance en soi

Le concours de drive est prisé mais le chipping et le putting sont moins fréquentés ? Pourquoi ? Parce qu’il manque une méthode d’apprentissage.

La méthodologie facilite l’apprentissage

Pour développer une technique (quelle qu’elle soit), le cerveau a besoin d’un cadre méthodologique. Des repères partagés qu’ensuite chacun va s’approprier et arranger en fonction de ses qualités et ses vulnérabilités.

L’important d’une méthode n’est pas le résultat mais le processus à appliquer pour réussir et créer le jeu selon son intention.

Si l’intention est de frapper fort et de lancer la balle le plus haut possible, alors que deviennent direction et précision ?

Savoir qui l’on est…

Nous voyons cela dans tous les tournois chez les filles comme chez les garçons. Le physique, l’intelligence kinesthésique prend le pas sur le reste des intelligences. Encore petits les jeunes joueurs filles et garçons même sur parcours adaptés à leur âge restent court. Le wedging, le chipping s’impose à tous

L’intelligence du jeu est l’utilisation de toutes les intelligences du joueur. Le talent est d’inventer chaque coup et de mettre le parcours dans sa poche. Le petit jeu à 30 mètres du green développe cette connaissance indispensable à tous les joueurs.

Cela demande une préparation, une imagination sans limite. Une joie de jouer comme peut l’être un musicien avec son instrument seul ou dans l’orchestre. Le jeu à 30 mètres ne demande pas d’effort mais beaucoup de créativité. Ce jeu entre 2 et 30 mètres restera à vie bien compris restera à vie.

Il me semble que les grands champions de toutes les générations ont expliqué cela mais pour faire moderne on néglige cet héritage. Et le niveau de jeu reste très bas.

56°: wedge de l’invincible

Le green surface de vérité. Toujours confronté à nous-même...
Green, tous les choix de jeu en nous

Je souhaite à tous les joueurs d’avoir le plaisir de découvrir le calme intérieur de d’imaginer qu’à 30 mètres du trou le nombre de coup est calculé. Manier correctement son 56° permet de projeter son score sa régularité. En équipe votre capitaine peut compter sur vous

Je regrette vraiment qu’une méthode n’ait pas été imposée par la FFG (et les autres fédérations) croyant que ce sport était profondément individuel peut-être. Dernièrement j’ai suivi avec plaisir le Scottish Open et l’Open de France et donc le travail des green-keepers. Ils s’ingénient à préparer des parcours difficiles, durs, rapides. Comment stopper une balle? Avec un petit jeu à la sensibilité bien réglée…

Une méthodologie liée à la logique du jeu

Douloureux de constater que même lorsque des enseignants Pros signent un contrat avec la Leadbetter Academy, ils n’en appliquent pas toujours les principes et outils du maître américain.

Bien jouer près ou sur le green donne de la constance aux résultats
La victoire se dessine sur le green

La tendance veut que les pros de toutes obédiences, utilisent les chaînes et réseaux sociaux à longueur de semaines. Ils apportent des astuces diverses pour tenter de remédier aux défauts récurrents des joueurs en manque de repères. Cela brouille encore plus le désarroi des joueurs amateurs. Pour changer un geste un pro en présentiel s’impose.

Avec ce que j’ai appris cette année, je sais que maintenant nous sommes à un tournant. Pour la formation initiale ce sera moins vrai. Michaël Wolseley viendra l’expliquer. Je n’ai pas hésité dans “Le golf et la vie “ à proposer une méthodologie. Ce n’était pas prévu mais parfois un auteur doit s’adapter, rester ouvert au progrès.

Une méthode permet de s’y référer. Une méthode prend en compte son auditoire. Ici la référence est le jeu. La technique de base apprise est pour juste jouer au plus près et proche de la finalité: mettre la balle dans le trou. Putter, chipper en premier.

Partout, les gens qui apprennent le golf finissent en pensant qu’ils ne sont pas doués. Gauches au début, sans savoir à quoi servira le bout de swing appris. La plupart du temps ils sont stressés par ce que raconte le Pro qu’ils ne comprennent pas toujours. Les apprentis se comparent à l’idée qu’ils se sont faite en regardant la télévision ou leur voisin. Ce stress perturbe leur concentration quand ce n’est pas d’autres soucis qui viennent les empêcher de comprendre ce qui leur est expliqué.

Special Delivery

Je propose une méthode à partir du swing « Special Delivery » de mon coach et ami Michaël Wolseley. Il la propose depuis plus d’un an, fruit de ses études et recherches à l’université de Californie. Metteur au point de Ballesteros, Van de Velde, observateur régulier de Couples… Il a interrogé tous les grands joueurs du PGA Tour actuels.

Ce swing est novateur en ce sens qu’il allie directement l’intention, la technique et le rythme du joueur que l’on disait séparés. Celui-ci met en jeu les muscles et segments logiques de la biomécanique. Prévention du dos par dissociation des segments du bas et du haut du corps.

Régler le swing: fun mais toujours délicat. Réservé aux joueurs de haut niveau.

J’ai pris son enseignement directement avec lui en Californie. Pourquoi ses joueurs gagnent-ils 15 coups en 3 mois depuis deux ans qu’il enseigne ce nouveau geste? On oublie la technique pour ne chercher qu’un ressenti dans les liaisons logiques entre le club et le corps.

Pour être créatif vous devez vous préparer à être créatif et oublier la technique. Le geste se crée par un rituel logique, des sensations pour donner la puissance sans perdre la coordination.

Pour créer du jeu ? Faire son coup virtuellement.

L’intention du joueur pour inventer son coup est primordiale pour mobiliser ses intelligences. La composer virtuellement le coup à jouer, le guide pour harmoniser le geste à la situation de jeu. Il combine de manière systémique la trilogie longueur-direction-précision.

Cela donne des coups différents en fonction de la distance de la cible. Le jeu devient naturel en fonction de chacun. La méthode permet de comprendre et de s’adapter. Elle offre l’opportunité de gagner du temps d’apprentissage au débutant.

Le joueur est seul sur le green

Plus facile de jouer avec les clubs du sac pour respecter son rythme intérieur. Le plaisir du jeu vous tire vers le haut. Vous serez moins pollués par la technique. Chaque coup inventé donne des sensations qui renforcent la confiance en soi.

Pour comprendre comment cela fonctionne les didactiques proposés donnent des solutions pour le chipping et le wedging à 40-45 mètres. La logique du jeu est sans cesse respectée.

Arrivé sur le green, il reste la motivation pour terminer le coup et battre le parcours au lieu d’être frustré parce que l’on a raté une fois de plus ce que l’on avait imaginé.

Entraînement de qualité partagé:

Faut-il beaucoup s’entraîner pour paraître doué ? Pour les joueurs qui veulent en faire leur métier, certainement comme vous l’avez fait pour assoir votre notoriété professionnelle.

Sinon visualiser, mimer et passer du temps sur les aires d’entraînement de jeu direct. Le practice fausse l’approche du parcours. Nécessaire d’y aller tout de même pour régler la technique de swing. Ces réglages vous en serez demandeur, vous en sentirez les besoins avec l’évolution de b votre niveau de jeu.

Pour imaginer une progression rapide vous devez investir quelques minutes tous les jours pour visualiser et mimer. Le cerveau le permet: il ne fait pas de différence entre une situation virtuelle ou réelle. Profitez-en. Passez un peu de temps toutes les semaines (une heure au moins) à répéter vos gestes en vraie grandeur. La répétition ancre votre geste en mémoire automatique.

Seul souvent pour décider mais des réglages accompagnés
Tout surveiller…

Passer du temps au putting et au petit jeu est plus rentable que de tenter d’avoir un swing parfait au grand jeu. Le wedging à 50-60 mètres du green offre des opportunités de progrès insoupçonnées.

Peu de balles mais chacune avec une attention de qualité

Vous n’aimez pas le practice ? Partez avec 3 clubs et exercez-vous directement sur le parcours. Partez même avec un seul club et le putter, vous apprendrez plus que de pousser ou tirer un chariot avec un sac plein de clubs.

Une chance en plus que cela accélère le jeu. Moins de réflexion pour choisir le club. Par contre quel plaisir d’inventer son jeu de cette façon.

Le parcours nous donne toujours sa vérité. Jouez le et prenez du plaisir.
Le parcours, du plaisir

Allez, tentez cela cet hiver, et vous verrez que l’an prochain votre index va baisser. Vous pouvez même le programmer si vous suivez la méthode que je vous ai proposée.

Bon golf à tous

Ateliers? Séminaires? Stages?

Pourquoi ces différences ? Elles donnent du sens à chaque rencontre…

Se coucher meilleur que l’on ne s’est levé!

La philosophie du golf fait appel aux trois dimensions de la joueuse et du joueur:

  • Physique : technique, préparation athlétique, nutrition,
  • Psychique: organisation, préparation mentale, confiance en soi, repos
  • Immatérielle : vision, objectif, visualisation, programmation (souvent oublier, mais à GE2M pas de tabou)

Le système de jeu complet d’une partie de golf est revu au cours de chaque cession avec pour référence les apports des mentors de Golf Entre Deux Mondes. Une équipe de sportifs de haut niveau et scientifiques de grande valeur.

Prendre les bons principes:

Jouer au golf fait appel à des principes de régularité, de constance, de puissance et de créativité...

Concentration…

Cela donne à chaque joueur la possibilité de s’exprimer. Les apprentissages proposés paraissent longs parce que la technique prend le pas sur les principes du jeu.

Dans “Le golf et la vie”, une méthodologie par le jeu est proposée. Ce n’est qu’une philosophie mais les exercices pratiques sont déjà connus et largement présentés dans “Le golf au cœur (jouer au golf autrement).

Le niveau de performance est toujours fonction de la discipline et du processus de préparation de chaque entraînement jusqu’au moindre coup en compétition.

La performance naît de la compétence de chacun dans les secteurs clés du jeu: putting et petit jeu.

Ajoutez à cela la concentration à tout moment des actions de jeu et vous avez les éléments pour bien jouer.

Enfin composez une routine de jeu comme un rituel de sécurité.

Il commande la régularité globale d’une partie. Il augmente le niveau de concentration. assure la constance des résultats .

A la recherche du meilleur jeu, chez un joueur tout compte et aucune fonction n’est stable dans le temps. Apprendre à l’équilibrer est une clé du jeu. Pour cela échanger, partager, expérimenter, persévérer, s’entraîner

La performance en compétition se nourrit de l'excellence
A la recherche de l’excellence

L’excellence se construit et je souhaite vous y accompagner. Alors nous avons conçu des rencontres différentes les unes des autres.

Séminaires:

Les séminaires présentent des choses nouvelles et précises pour comprendre le golf dans toutes ses dimensions. Elles concernent les trois dimensions du joueur et les compétences complètes présentées ci-dessus.

Echanger , partager en jouant

Ces nouveautés demandent discussions , questions et réponses des échanges avant pendant et en fin de jeu.

Ateliers:

Dans un atelier on discute peu, on pratique, on construit des compétences . Ils concernent les jeunes joueurs qui ont besoin d’attention car tous ne progressent pas de la même façon.

Les phases d’entraînement sont toutes des situations de jeu dans lesquelles ils pourront apporter leur créativité. En fonction du public le contenu des ateliers est adapté mais toujours avec les trois dimensions physique, psychique et immatérielle.

Stages :

Dans ce dernier type de rencontre s’ajoute un objectif de résultat. Les exercices sont clairement orientés vers la compétition.

Le paysage fait partie du jeu…

Les joueurs viennent y chercher les clés pour s’engager sur le chemin du progrès permanent.

Un premier est fait au cours des 5 parcours et ensuite ils sont autonomes pour poursuivre leur progression.

Le décor est planté, c’est maintenant le jeu qui a la priorité.

Bon golf à tous!

Conférence: Le golf et soi

Le golf est un jeu qui se joue en soi, avec la tête et beaucoup le cœur…

Le golf, un tout…

Pourquoi chercher à comprendre comment fonctionne notre cerveau en jouant au golf?

Pour en tirer le meilleur de nous même.

Le golf est un jeu, mais jouons nous vraiment?

Faire connaissance avec le joueur que nous sommes est plus efficace que de chercher le swing parfait. 

Les recherches scientifiques apportent aujourd’hui de nouvelles connaissances qui changent notre réflexion.

Par exemple montrer comment joue le stress non pas psychologiquement mais physiologiquement et nous empêche de capter les informations utiles à nos apprentissages.

Penser son jeu avant et jouer

Elles expliquent, pourquoi jouer un coup d’approche en étant focus sur un élément objectif à partir d’une image est efficace pour la réussite du coup.

Comment utiliser toutes nos intelligences ? Comment gérer nos émotions avant, pendant et après un tournoi ?

Pourquoi une vision de carrière pour un professionnel?

Comment placer un objectif pour le réaliser ?

Tout l’intérêt de cette conférence d’éclairer ces nouveautés.

Plan de présentation de la conférence

Durée: 2 heures

1 Neurosciences kezako ?

  • Le système nerveux central
  • Le cerveau tri-unique
  • Son rôle : survie, besoins, reproduction
  • Comment ça fonctionne pour jouer au golf ?

2 Evolution du jeu de golf : loisir ou sport ?

3 Golf : une attitude mentale

  • 5 clés principales
  • Le cerveau préfère le progrès que le succès

4 Pourquoi toujours la technique ?

  • Où est la logique de l’apprentissage ?
  • La croyance du swing technique et parfait
  • Le swing ne fait pas tout : mieux vaut s’en persuader
  • Perfectionner le swing oui, mais à la demande du client

5 Et si on commençait par le jeu ?

  • Le golf c’est quoi ?
  • Alors soyons logique : apprenons simplement à jouer.
  • Pourquoi entre deux Pros tant de différence ?

6 Que demande le client d’aujourd’hui ?

  • Autonomie
  • Gagner du temps
  • Jouer sans s’entraîner…
  • Comment innover dans la manière d’apprendre

7 Engagement mutuel Pro-apprenant

  • Obligation de résultat
  • Initier mais développer le joueur
  • Apprentissage + plaisir = performance

8 Intelligences de jeu : domaine stratégique

  • Est-on sûr qu’un coup raté est la faute du swing imparfait ?
  • Est-il préparé ?
  • Quel est l’ordre qui est passé au cerveau ?
  • Quelle est la stratégie appliquée ?
  • Toutes nos intelligences sont mises en jeu : trier

9 Jouer coup par coup : Pourquoi ?

  • Jouer l’instant présent
  • Le passé est passé, inutile de ruminer : pourquoi ?
  • Le futur est préparé à l’instant seulement : jouer en équilibre
  • Etre attentif à soi et l’environnement avant de jouer

10 Le mental du golfeur, c’est quoi vraiment ?

  • Etre présent à soi d’abord
  • Savoir pourquoi l’on joue
  • Savoir où est son défi objectif.
  • Nous ne sommes que sur un fairway : pourquoi la peur ?
  • Calme et régularité, clarté de pensée : tout est prêt pour jouer.
Le vrai moteur…

11 Estime de soi, Volonté, détermination, mémoire… : des muscles

  • Les croyances limitantes et ressources
  • Le joueur c’est moi, mon ego à éteindre pour jouer
  • Ne pas se flageller, ne pas s’insulter : bienveillance pour soi, pourquoi ?
  • En colère : physiologiquement c’est se mettre en danger.
  • La bonne nouvelle c’est que tout peut être changé.

12 Les émotions à chaque instant : écouter, gérer, comment ?

  • Jouer et d’abord s’écouter
  • Faire comme l’on sait, comme on s’est entraîné
  • Le cerveau ne comprend que des ordres positifs et directs
  • Les croyances limitantes et pensées parasites : on peut tout changer
  • Une première clé : apprendre à respirer
  • Se préparer complètement : énergie et information lucide.
  • Les techniques pour se contrôler, avant, pendant et après un tournoi.

13 Quoi attendre de tout ça ?

  • Tout dépend du challenge que l’on s’est fixé
  • Equilibre à trouver en soi par la joueuse ou le joueur
  • Le golf c’est la vie : prendre ses responsabilités
  • Savoir swinguer ou savoir jouer ?
  • Découverte du jeu = découverte de soi
  • Entraînement : Peu x Souvent = Beaucoup de progrès

14 Questions – réponses

Merci de m’avoir lu, peut-être écouté mais en vérité ne me croyais pas. C’est ma vérité alors testez ce que vous avez retenu et vous saurez comme moi que vous pouvez scorer bas comme vous ne l’imaginez même pas !

Michel Prieu

Le mot du golfothérapeute

Le golfothérapeute

Arrangeur de joueur de golf? Vous préférez ce terme…

Je rêve que les nouveaux joueurs apprennent à apprendre le golf par le jeu pour être libre de jouer ce magnifique sport au meilleur d’eux-mêmes le reste de leur vie…

Le nombre d’abandon de ceux qui commencent à jouer pose question.

Que ceux qui jouent ne cherchent pas à améliorer leur niveau me pose question.

Comment apprendre autrement? Imaginer le joueur autrement…Plus complètement.

Un joueur de golf a 3 dimensions…

Le monde du golf d’aujourd’hui divise toujours le joueur en physique, technique, psychique, mental…

Alors que la réalité d’un joueur est systémique. Le mouvement de golf lui demande toute sa tête.

Les principes basiques du jeu sont ils présentés dans leur ensemble? Pas vraiment.

L’objectif d’apprentissage est-il borné dans le temps? Le joueur actif (pro-actif) face à son enseignant?

Pour espérer briller sur le sommet d’une pyramide chacun doit grimper les étages avec ses 3 dimensions:

  • Physique
  • Psychique
  • Immatérielle

Elles sont connectées, s’influencent l’une l’autre.

Les connaître, les accepter pour se déterminer et dessiner le plan de progrès vers l’objectif fixé est un préalable incontournable. Appris très jeune est un atout indiscutable.

L’immatériel est du domaine de l’Univers. Et les lois de l’Univers s’invitent dans le développement des compétences du sportif vers les objectifs qu’il s’autorise à suivre.

Un joueur de golf a de multiples expériences à vivre, les échecs seront souvent sa meilleure éducation. Lucide, humble, il peut gagner du temps, s’entraîner autrement…

Pour prendre le chemin du haut niveau les apprentissages précoces sont un avantage incontestable. L’éducation initiale est fondamentale.

La motivation ne suffit pas

Le joueur de golf est un créatif. Il doit au plus tôt apprendre à être créatif. Trouver en lui les rituels qui suppriment les questions.

Plus le niveau augmente et plus le joueur doit plonger dans ses profondeurs, comprendre ce qui l’anime jour après jour…Il a besoin d’un environnement cohérent pour développer ses mémoires musculaires, virtuelles, sensuelles, ancestrales…

L’imagination est plus forte que la volonté (traduit d’Emile Coué et sa méthode de suggestion consciente)

Quelle est la voie ? Pour viser une performance notre potentiel est diminué de toutes nos interférences.

La loi s’écrit ainsi:

Performance (succès ou réussite)  = (P- I) x M avec P=potentiel, I=interférences et M=motivation.

Pour exemple (matériel), si vous voulez beaucoup d’argent et que votre inconscient dit que « l’argent c’est sale », vous resterez sans le sou.

L’instant présent crée le futur…, instant présent

Notre cerveau est fait pour nous protéger. Il vit dans le passé. Nos émotions viennent du dialogue avec nos mémoires.

Alors il faut une putain de volonté pour penser sans arrêt au futur. Etre optimiste, imaginer à  chaque instant que demain sera meilleur qu’aujourd’hui ne suffit pas.

Des compétences

Il faut agir, se lancer, pratiquer…vivre l’expérience du moment.

Le golf est un révélateur de soi

Le golf est jeu merveilleux pour ça. C’est simple de pousser une balle dans un trou. On le rêve, on le tente.

On réussit : plein de joie, fierté (peut-être mais mérité), on passe au trou suivant. Le cerveau en redemande…Joie de jouer.

On échoue : pas de colère mais analyser pour savoir pourquoi ? Corriger pour réussir le prochain, l’espoir c’est ça.

Le talent mais aussi la discipline

Le talent bien sûr jouera mais sans discipline personne n’avancera vers son meilleur.

Une volonté partagée et ouverte en Europe

Alors comment “soigner” tout ça ? Le golfothérapeute peut intervenir. Sa compétence conceptuelle lui permet de donner des pistes pour effacer-gommer-changer-réparer-remplacer tel ou tel tracas chez un joueur ou dans son environnement. Ouvrir le champ des possibles.

Les techniques existent, mais depuis Freud-Coué-Jung elles ont évolué. La pensée asiatique et hindou, brésilienne ou polynésienne sont venues compléter la pensée cartésienne. Oui, le monde change et heureusement l’éducation aussi. Pourquoi ne pas s’ouvrir à ces connaissances?

Une communauté de pensée

Il reste que cela demande une attitude mentale, une volonté, de la persévérance et beaucoup de bienveillance…

La discipline, la routine des mots que l’on n’aime pas, mais c’est naturel ils ne suffisent pas : le talent a besoin d’un rituel, une discipline, un effort pour s’épanouir au grand jour.

Un rituel dans le jeu pour la vie

Un rituel qui commence le matin au réveil pour mordre avec joie dans le programme journalier qui est dessiné.

Le golfothérapeute a des clés à donner. D’autres publications ou interventions pratiques les donneront: séminaires, conférences , ateliers, stages et formations.

J’oubliais de dire que pour une telle envie matinale aimer ce que l’on fait est toujours judicieux. D’ailleurs quelqu’un a dit : « si ton travail ne te plaît pas, changes-en sinon la maladie te tend les bras ».

Alors maintenant que vous avez compris qui j’étais auriez-vous un peu plus envie de jouer au golf ?

Apprendre ce jeu c’est découvrir à nouveau votre musique intérieure.

Distiller un chip ou un putt millimétré et entendre rouler la balle dans le trou est un plaisir que chaque joueur souhaite renouveler.

Ce jeu confine à la beauté…

Michel Prieu

Séminaire golf en famille

Départ du trou N°1

Pourquoi “Golf en famille”?

Ce concept est le résultat d’une observation des compétitions des jeunes joueuses et joueur. Un clin d’œil aux parents qui se dévouent sans compter.

Le golf est aussi un sport d’équipe. Tisser des liens et les renforcer sont un apprentissage attentif mais passionnant.

Que voit-on en suivant un tournoi de jeunes joueurs en FFG ? Ils cherchent leurs parents ou leurs entraîneurs qui n’ont pas le droit de les accompagner. Leur donner de l’autonomie , de la responsabilité de la sorte est peut-être à réfléchir autrement.

Inviter les parents à jouer le rôle de cadet (un vrai métier de piloter un joueur), est une opportunité que BFGT a mis dans son concept.

Les parents coopèrent avec toute l’organisation. Une ambiance stricte mais bienveillante règne autour des joueurs.

Sur le BornForGolf Tour, les jeunes gens jouent et les parents assistent les enfants. Les soutiennent. Ils sont aux aguets, pour aider même si leurs émotions sont à leur comble.

Aussi en cours de séminaire nous parlerons jeu et attitude mentale des jeunes joueurs et des parents.

Comment mieux accompagner?

L’amour est envahissant. Alors je crois que s’entraîner en chœur va permettre de jouer avec le 💖 parce que la tête aura compris que l’autonomie de chaque joueur de la famille renforce le lien qui les unit.

LE CHALLENGE PRIS…

Peu importe votre niveau de jeu, venez avec le swing que vous avez, au final tout sera harmonisé. Chacun aura amélioré sa manière de jouer.

A GE2M, nous avons prévu minutieusement nos exercices pour y arriver! Pour passer une saison heureuse deux jours suffisent. En voici un exemple standard ci-dessous. Ce programme peut se décliner selon les besoins particuliers des participants.

Matin 1 : Au calme pour discuter

  • Pratiquer ensemble pour partager la joie de jouer
  • Comment harmoniser son jeu en famille ?
  • Que nous dit le système nerveux ?
  • Parlons un peu des émotions
  • Jeu questions-réponses

3 heures

Pause déjeuner : libre

Après-midi 1 : Sur le pré

  • Les ateliers fondamentaux du petit jeu
  • Principes et clés de la réussite d’un coup
  • Visualisation et précision des coups
  • Confiance en soi et gestion du stress
  • jeu questions-réponses

3 heures

Matin 2 : Toujours sur le pré

  • Les ateliers fondamentaux du grand jeu
  • Comment réaliser son objectif ?
  • Pourquoi décider d’une stratégie de jeu ?
  • Volonté et détermination pour jouer au meilleur de soi.
  • Jeu questions réponses

3 heures

Pause déjeuner : libre

Après-midi 2 : Au calme pour découvrir… ou approfondir

  • Les émotions et le jeu de golf : Théorie (Françoise Devillechabrolle)
  • Gestion des émotions : Pratique
  • Jeu questions-réponses

3 heures

Gains à attendre :

  • Renforcer les liens parents-enfants et mieux s’accompagner en tournoi
  • Expérimenter le challenge et le défi avec humour
  • Développer l’esprit de compétition avec bienveillance
  • Améliorer son index en commun
  • Entraide et cohérence pour mieux jouer ensemble
  • Plus de plaisir à s’entraîner et jouer.
  • Les connaissances acquises en commun
  • Améliorer son jeu complet en partageant les progrès

Entraînements:

Accès au zones d’entraînement, balles gratuites (parcours d’entraînement en supplément selon les cas ).

Aménagements possibles selon le niveau des joueurs

Fin de séminaire:

Documents de bilan personnel individuel et collectif pour poursuivre l’aventure.